Des réalisations concrètes et un succès continu en matière d’amélioration de l’Environnement des Affaires.

_MG_0770.JPG

Notre pays a adopté, il y une semaine, la première politique nationale intégrée d’amélioration de l’environnement des affaires, qui porte sur la période 2021-2025. Cette politique qui a été élaborée conformément aux hautes directives de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, est basée sur une approche intégrée et participative entre les différents départements ministériels et organismes publics et privés, et s’assigne pour objectif l’amélioration et le développement du climat des affaires par la satisfaction des besoins réels des entrepreneurs et des entreprises nationales.

Le gouvernement a également promulgué, en application des directives royales, la loi portant réforme des Centres régionaux d’investissements (CRI), et instituant les Commissions régionales unifiées d’investissement (CRUI), laquelle constitue une réforme structurelle supplémentaire visant l’amélioration du climat des affaires et le soutien à l’investissement.

La clarté de cette vision, conjuguée à la stabilité et à la sécurité dont jouit notre pays, ainsi qu’au capital des réalisations accomplies en matière d’amélioration de l’environnement des affaires, favorise notre pari d’encourager davantage d’investisseurs nationaux et étrangers, de mettre en place des conditions meilleures pour le décollage économique et la création des opportunités d’emploi, pour un Maroc plus fort et en mesure de s’adapter à l’après-Covid-19 en particulier.

Les réformes entreprises par le gouvernement, notamment avec ses partenaires au sein du Comité National de l’Environnement des Affaires (CNEA), ont permis d’aplanir  certaines difficultés administratives relatives aux autorisations et aux démarches pour la création des entreprises et à l’investissement, de promulguer un nouveau code de commerce, de renforcer la protection des investisseurs, de consacrer les principes de transparence et de bonne gouvernance au sein des sociétés, d’adopter la loi relative aux sûretés mobilières, d’améliorer le cadre juridique, organique et procédural de la commande publique, ainsi que les délais de paiement, et de renforcer la numérisation et la simplification d’une série de mesures et de procédures relatives à l’entreprise (autorisations de construire, raccordement électrique, paiement des impôts et transfert de propriété … ). 

Les indicateurs relatifs à l’année 2020 consacrent la pertinence de  la réforme des centres régionaux d’investissement. Les CRI ont ainsi  contribué à la création de plus de 20.000 nouvelles entreprises en 2020, et fourni des prestations d’accompagnement et de soutien à plus de 18.000 petites, moyennes et très petites entreprises, actives ou en cours de création. 

Ces centres ont également accompagné plus de 4.000 investisseurs dans les phases d’étude et de conception du projet, de constitution et de dépôt des dossiers d’investissement. Environ 1500 projets d’investissement ont été approuvés au cours de cette période, pour une enveloppe totale estimée à 151 milliards de dirhams et devraient créer environ 153.000 emplois.

Selon les mêmes indicateurs, le délai moyen pour l’étude des dossiers d’investissement finalisés et la prise de décision à leur sujet par les CRUI ne dépasse plus 20 jours en 2020 contre 130 jours en 2019. 

Ces réformes ont également contribué à la réalisation d’une nette amélioration de l’indice de création des entreprises qui a évolué annuellement de 8 % entre 2017 et 2019 et à la réduction du délai moyen de paiement à 40 jours en 2020 contre 77 jours en 2017 pour les sociétés et les établissements publics et à 37 jours en 2019 contre 144 jours en 2016 pour les administrations publiques et les collectivités territoriales.

De même, l’attractivité du Maroc a été renforcée. Les investissements directs étrangers (IDE) ayant progressé pour s’établir à 38,12 milliards de DH entre 2017 et 2019 contre 33,5 milliards de dh entre 2007 et 2016.

Ces réalisations et indicateurs, s’ajoutent à la mise en œuvre prochaine de la politique nationale intégrée de l’amélioration de l’environnement des affaires, ainsi qu’aux réformes entreprises l’an dernier, notamment le lancement de l’observatoire des délais de paiement, la simplification de nouvelles procédures et démarches administratives par l’adoption de la loi 55.19 et le lancement du portail national des procédures et démarches administratives. Tout ceci est de nature à apporter une réponse aux besoins réels de l’entreprise et des investisseurs nationaux et à consolider le statut de notre pays en tant que destination privilégiée pour l’investissement.

Par ailleurs, ces réalisations favoriseront de nouvelles avancées dans l’indice « Doing Business », au titre duquel notre pays a été classé au 53ème rang mondial en 2019 et au 3ème rang en Afrique et au Proche-Orient, gagnant ainsi 22 positions en comparaison avec l’année 2016. Le Royaume avance résolument vers le peloton des 50 premiers pays du classement, conformément à l’objectif arrêté dans le programme gouvernemental.

Notre espoir est grand que le Très Puissant nous prémunisse contre les effets de la pandémie du Coronavirus, afin que l’économie nationale puisse retrouver sa pleine vitalité et le marché du travail son dynamisme.  

Nous demeurons déterminés à poursuivre la marche des réformes que nous avons lancées avec la conjugaison des efforts de tous.

 

Le Chef du Gouvernement 

Saad Dine El Otmani 

Lettre d'informations