Le Chef du gouvernement : Nous croyons en l’importance du dialogue social comme prélude fondamental à toute coopération avec les partenaires socio-économiques.

المحور :
le dialogue social et les mesures visant à atténuer les répercussions socio-économiques de la crise du Covid-19
Date de la Session :
Session :
Avril - 2021

Le Chef du gouvernement, M. Saad Dine El Otmani a affirmé que le gouvernement croit en l’importance du dialogue social dans son acception large, et veille à en activer les mécanismes tant au niveau central que sectoriel, selon une approche participative et en faisant de ce dialogue un prélude fondamental à la promotion de la coopération avec les partenaires socio-économiques.
Intervenant, mardi 25 mai 2921, lors de la séance plénière mensuelle de la Chambre des conseillers, sur le théme: "le dialogue social et les mesures visant à atténuer les répercussions socio-économiques de la crise du Covid-19", M. El Otmani a souligné que « le dialogue social dans son sens large ne se limite pas au seul dialogue tripartite au niveau central, mais doit aussi être étendu aux autres mécanismes et niveaux qui sont institutionnalisés en vertu de la loi ».
Le Chef du gouvernement a assuré de son attachement à l’écoute, à la concertation et de son engagement à jeter les bases d’un dialogue social régulier de nature à favoriser la stabilité et l’amélioration des conditions sociales des salariés et des entreprises, à contribuer à l’amélioration du climat économique et social et à renforcer la compétitivité de l’économie nationale de façon à ce que cela se répercute positivement sur l’emploi.
Evoquant la gestion des effets de la pandémie du covid-19, le Chef du gouvernement a fait état de la poursuite du dialogue avec les professionnels de tous les secteurs, notamment les plus impactés par la crise sanitaire. Il a précisé avoir engagé le dialogue avec les professionnels pour l’adoption des mécanismes nécessaires à leur accompagnement dans la gestion de cette conjoncture et pour leur permettre de bénéficier des mesures et dispositions prises en termes d’accompagnement et de soutien.
« L’écoute fait partie de nos missions. Et j’ai toujours incité les départements à accueillir les professionnels et les syndicats pour examiner les dossiers en suspens et apporter des solutions aux problématiques », a dit le Chef du gouvernement. 

Evoquant l’interaction positive du gouvernement avec nombre de doléances relatives au traitement des répercussions de la crise sanitaire, il a précisé qu’environ un millier de dispositions ont été prises et ont bénéficié à des secteurs comme celui des taxis qui emploie plus de 150 mille personnes et qui a bénéficié du soutien financier dédié aux familles et aux professionnels indépendants et aux personnes opérant dans le secteur informel impactés par la crise.
Quelque 115.000 chauffeurs ont ainsi bénéficié de ce soutien dans les  différentes préfectures et provinces. A cela, s’ajoutent d’autres formes de soutien comme le report des échéances de remboursement des crédits bancaires et la baisse des montants des polices d’assurance des taxis durant la période du confinement sanitaire.       
De nombreuses réunions ont également été tenues avec la catégorie des commerçants à l’échelon national, régional et local pour prendre connaissance de leurs problèmes et de leur vision quant au développement du secteur et recueillir leurs propositions au sujet de la réforme fiscale.
Le Chef du gouvernement s’est d’autre part attardé sur la poursuite de la concertation avec plusieurs catégories sociales ciblées par le projet de la généralisation de la protection sociale, expliquant que les concertations en cours ont débouché sur la publication des décrets relatifs aux catégories des médecins et des architectes. Ces décrets viennent s’ajouter à ceux publiés précédemment et qui concernent les catégories, des adouls, des sages-femmes, des kinésithérapeutes, des guides touristiques et des agents judiciaires, sachant que d’autres décrets en sont actuellement au stade ultime de leur élaboration. 
 

Lettre d'informations