Le Chef du gouvernement : Nous avons décidé d’interdire les déplacements nocturnes pour préserver la santé des citoyens et éviter l’arrêt complet de l’activité économique.

المحور :
Présentation des données de la situation épidémiologique dans le Royaume
Date de la Session :
Session :
Avril - 2021

Le Chef du gouvernement, M. Saad Dine El Otmani a affirmé que l’exécutif a décidé de recourir à l’interdiction des déplacements nocturnes pendant le mois sacré du Ramadan dans le but de préserver la santé des citoyens et de prévenir toute aggravation, qu’à Dieu ne plaise, de la situation épidémiologique dans notre pays.    
Intervenant, lundi 12 avril 2021, lors d'une séance plénière commune des deux chambres du parlement, consacrée à la présentation des données de la situation épidémiologique dans le Royaume, en vertu de l’article 68 de la Constitution, M. El Otmani a relevé que le gouvernement a opté pour une solution médiane qui consiste à interdire les déplacements entre 20H00 et 06h00 du lendemain à l’exception des cas particuliers, tout en maintenant les mesures préventives en vigueur actuellement. Cette décision a été prise après mûre réflexion et une large concertation avec les parties concernées, y compris les autorités sanitaires, sécuritaires et locales. 
« Cette décision a été prise et annoncée une semaine avant le mois de Ramadan afin de permettre aux citoyens, aux commerçants, aux entreprises et aux prestataires de services de prendre les dispositions qui s'imposent », a-t-il souligné.
« Cette décision est certes difficile pour les citoyens, et nous sommes conscients qu’elle a un coût social, sociétal et humain. Mais on ne manquera pas de relever sa pertinence du point de vue sanitaire et seul le temps nous renseignera sur la justesse de cette mesure une fois la pandémie surmontée par la grâce de Dieu et avec le moins de dégâts en vies humaines et un gain de temps pour le retour à la normale », a dit M. El Otmani.
Le but est de préserver la santé des citoyens, notamment au regard de l’éventualité de l’aggravation des indicateurs de la pandémie dans notre pays et du déclenchement d’une nouvelle vague de contamination. « De l’avis unanime des experts et des spécialistes, la maitrise de la propagation de la pandémie passe inéluctablement par la limitation des déplacements et des rassemblements, notamment dans les lieux fermés », a expliqué le Chef du gouvernement, ajoutant qu’il s’agit également d’éviter que notre système de santé ne soit exclusivement orienté vers la prise en charge des malades Covid et qu’il puisse aussi  prendre en charge les autres malades, d’alléger également la pression sur les staffs médicaux. « Nous avons aussi tenu compte des perspectives d’amélioration de la situation épidémiologique parallèlement avec la poursuite de la campagne nationale de vaccination. Nous espérons que les mesures prises durant le mois sacré du Ramadan puissent contribuer à mieux maitriser la situation épidémiologique, à nous aider à organiser les examens dans de meilleures conditions et accueillir les mois prochains dans une situation sanitaire meilleure », a dit M. El Otmani.
La décision a été prise dans le prolongement des mesures prises précédemment, mais aussi en tenant compte des spécificités des traditions individuelles et collectives qui marquent le mois du ramadan, comme des rassemblements dans les lieux fermés et le non-respect des mesures de prévention et la distanciation physique.
Le gouvernement a tenu à limiter cette interdiction des déplacements à la seule période nocturne afin d’éviter l’arrêt complet de l’activité économique et de permettre aux citoyens de vaquer à leurs occupations durant la journée, sachant toutefois que l’interdiction des déplacements nocturnes ne signifie nullement la fin de la propagation du virus mais vise à réduire les cas de contamination qui pourraient s’ajouter à ceux enregistrés durant la journée, a précisé M. El Otmani.
 

Lettre d'informations