Le gouvernement tient une séance de travail avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) dans le cadre du mécanisme de travail commun.

1_42.jpeg

Le Chef du gouvernement M. Saad Dine El Otmani a tenu, vendredi 21 mai 2021 à Rabat, une séance de travail avec le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), M. Chakib Alj, tenue dans le cadre du mécanisme de travail commun CGEM-Gouvernement, adopté par les deux parties en 2012 et mis à jour en 2020.
M. El Otmani a souligné que cette réunion se tient dans des conditions exceptionnelles marquées par la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19), suite à la dernière rencontre du Comité de pilotage du mécanisme de travail commun, tenue le 06 mars 2020 et durant laquelle les deux parties avaient pris des décisions importantes qui ont joué un rôle fondamental au cours de la phase de lutte contre les répercussions du covid-19, en particulier la création du Comité de veille stratégique.
Il a également rappelé la réunion technique, tenue le 10 septembre 2020 à Rabat et qui a abouti à la nécessité d’accorder la priorité, durant cette étape, aux chantiers à impact rapide (quick-wins), sur lesquels planchent des commissions thématiques mixtes créées entre les départements ministériels et la CGEM afin de formuler des propositions pratiques et réalisables à court et moyen termes.
C’est ainsi qu’il a été procédé à la mise sur pied de commissions thématiques mixtes entre la CGEM et les départements ministériels pour se pencher sur l’examen des propositions et projets relatifs à la simplification des procédures administratives, la préférence nationale, le développement du “Made in Morocco”, l’activation des fonds d’investissement, l’identification légale des petites et moyennes entreprises (PME), la loi-cadre d’investissement, la réforme du cadre réglementaire de la signature électronique, le développement des mécanismes de sauvegarde des emplois, ainsi que l’amélioration du système d’indemnisation pour perte d’emploi, a précisé M. El Otmani.
Dans ce sillage, il a mis en avant l’action soutenue du gouvernement en matière de poursuite et de consolidation des grandes réformes initiées au Maroc, à l’image de la mise en place du chantier de la protection sociale qui a été lancé par SM le Roi, que Dieu l’assiste, la réforme du système de l’Education et de la Formation et le programme de réduction des disparités territoriales.
Il a également cité la réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI), l’accélération du rythme de la mise en œuvre de la déconcentration administrative et la simplification des procédures et formalités administratives, ainsi que de l’adoption d’une politique nationale intégrée pour l’amélioration de l’environnement des affaires pour la période 2021-2025, en partenariat avec le secteur privé.
Parallèlement, M. El Otmani a salué le rôle important qu’ont joué les entreprises marocaines pour faire face aux effets de cette pandémie et leur contribution à la préservation de l’emploi et la création de nouvelles opportunités pour la production et le renforcement de la compétitivité.
Il a, de même, salué la participation de la CGEM à la prise de l’ensemble des décisions importantes du comité de veille économique (CVE), l’élaboration du plan de relance économique, ainsi que dans la mise en œuvre et la signature de contrats-programmes avec les secteurs les plus impactés par la crise, ce qui a permis de poursuivre l’activité économique et de préserver un plus grand nombre de postes d’emploi.
Il a toutefois relevé que les succès collectifs, qui se poursuivent avec la campagne nationale de vaccination, ne peuvent occulter les défis auxquels l’économie nationale et de nombreuses entreprises continuent à faire face, en particulier dans les secteurs les plus impactés. Elles ne peuvent également occulter la situation difficile de certaines catégories de citoyens, ce qui requiert de tous davantage de mobilisation et de sacrifices, dans un esprit de patriotisme, afin de réaliser la relance économique et le développement social pour un Maroc meilleur, jouissant d’une croissance inclusive et durable et plaçant l’Homme au cœur de ses priorités.
De son côté, le président de la CGEM, M. Chakib Alj a salué les réalisations accomplies par notre pays sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, en termes de proactivité, d’interaction positive et le pragmatisme pour faire face à la pandémie du covid-19, y compris l’exemplaire campagne nationale de vaccination.
Il a également salué les chantiers royaux majeurs comme la généralisation de la protection sociale et la mise sur pied du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, appelant à la poursuite du soutien accordé au secteur industriel qui a fait montre de résilience et de capacité d’adaptation  tout au long de la crise sanitaire.
Le Président de la CGEM a par la suite passé en revue certaines contraintes auxquelles les entreprises marocaines, notamment les PME, sont toujours confrontées notamment la question de la dette, l’appui des capacités des entreprises à préserver les postes d’emploi et la nécessité pour le gouvernement de disposer d’une vision claire et d’un échéancier bien défini pour ce qui est de la reprise des activités de certains secteurs dans un cadre de responsabilité et dans le strict respect des mesures de précautions requises.  
Il s’est dit fier du fort partenariat entre le gouvernement et la CGEM, en sa qualité de représentant du secteur privé marocain, dans un cadre d’engagement total et régulier de façon à faire prévaloir les intérêts de notre pays en parfaite harmonie avec la vision clairvoyante de SM le, que Dieu l’assiste.
Lors de cette réunion, les participants ont présenté l’état d’avancement de plusieurs dossiers placés au centre des priorités actuelles du mécanisme commun, dont l’adoption de la charte d’investissement, l’actualisation du cadre légal relatif à la PME, l’amélioration du système d’indemnisation pour perte d’emploi et la signature électronique.
Ils ont également salué les résultats réalisés dans le cadre de ces chantiers qui sont fondamentaux pour la vie quotidienne de l’entreprise marocaine et qui nécessitent une action soutenue dans un cadre participatif afin de les traiter selon un échéancier déterminé.
Cette rencontre a permis de proposer de nouveaux dossiers à caractère prioritaire, comme l’incitation à l’investissement, la digitalisation, le renforcement de la préférence nationale, l’intégration du secteur informel, l’accompagnement de l’entreprise nationale dans le cadre des programmes de réduction du niveau de la pollution, outre le chantier de la formation continue.
Cette liste sera examinée par la suite, dans le cadre du mécanisme de travail commun pour adopter certaines des propositions durant la prochaine phase.
Ont pris part à cette réunion, le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, le ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, le ministre du travail et de l’Insertion professionnelle, les secrétaires généraux du  ministère de l’intérieur et du département de la formation professionnelle ainsi que des fonctionnaires et des cadres des secteurs gouvernementaux concernés.
Du côté de la CGEM, cette rencontre a connu la participation de Mehdi Tazi, vice-président de la Confédération, de Saadia Slaoui Bennani, vice-présidente et présidente de la commission entreprise responsable et citoyenne et de Hakim Marrakchi, vice-président et président de la commission fiscalité et douane.
Etaient également présents Mesdames Nezha Taarji et Assia Benhida, membres du bureau de la confédération, et MM. Abdelilah Hafdi, chef du groupe de la CGEM à la chambre des conseillers, Hicham Zouanat président de la commission des affaires sociales, Abdelkader Boukhris, président de la commission E-Gouvernement et Karim Tazi, président de la commission du climat des affaires.
 

Lettre d'informations